+32 472 23 97 59 coach@sylviefrancois.be

Le stress est bien souvent lié au fait que nous avons du mal à décrocher du mental et à une obligation que nous nous infligeons à « FAIRE » plutôt qu’à «ÊTRE»

décrocher du mental

 

« IL EST TEMPS QUE JE METTE MON CERVEAU AU FRIGIDAIRE (m’a confié un jour une avocate) »

Sa phrase m’a bien fait rire mais m’a également rappelé combien il est important pour l’équilibre du corps de faire  une PAUSE de temps en temps et de mettre son cerveau en vacances, de décrocher du mental!

Dans mon accompagnement, je rencontre beaucoup de personnes qui ont du mal à décrocher de leur mental et de prendre du temps pour elle.

Personnellement, mon mental fonctionne assez bien aussi !

Mais au fil des années, j’ai appris à mettre des choses en place pour goûter au calme intérieur.

 

Voici 2 conseils à appliquer pour apprendre à décrocher du mental

 

1er CONSEIL : trouver une activité qui vous permette de ne plus penser aux choses qui vous préoccupent.

 

Dans ce cas vous continuerez de FAIRE des choses tout en ETANT dans ce que vous faites.

Pensez à des choses qui vous passionnent et qui ne demandent pas trop de réflexion.

L’important est de dégager du temps pour cette activité et ne pas trouver toutes les excuses du monde.

Personnellement, j’ai trouvé des activités qui me faisaient du bien et qui me permettaient de:

  • décrocher du mental
  • ne plus penser
  • d’être dans ce que je fais, càd dans l’instant

Vous savez ce qui marche le mieux pour moi ?

C’est le jardinage !

dérocher du mental

Et ce que j’aime par-dessus tout c’est enlever les mauvaises herbes surtout quand la terre est bien meuble, observer la plante qui pousse chaque jour, parfois à une vitesse grand V 😉

J’adore vraiment et je ne pense plus à rien. Wow que ça fait du bien !

J’aime aussi la cuisine, la marche intuitive, le chant (heu ça mes proches préfèrent que j’arrache les mauvaises herbes 😉 )

 

Et vous, avez-vous une activité qui mette votre cerveau au frigidaire ou qui vous aide à décrocher du mental?

 

Vous ne devez pas spécialement être doué(e) dans cette activité.  C’est mon cas avec le chant, mais j’adore chanter, peu importe que ce soit juste ou faux si ça ME fait plaisir et que ça me transporte hors de mon mental, c’est OK !   Vous comprenez ?

Dites-moi ce qui marche le mieux pour vous en commentaires ci-dessous, ça m’intéresse !

Et ça pourrait en intéresser d’autres 😉

 

2ème CONSEILS : s’octroyer des moments à ne rien faire

 

Avez-vous déjà entendu, qu’il est important pour un enfant de s’ennuyer ?

La société regorge d’hyper actif, de HP ceci ou cela, de TDAH (enfin je sors du sujet, mais l’hyper stimulation ne doit pas être anodine dans cela).

Et bien pour l’adulte que nous sommes c’est la même chose !

 

Mais nous avons peur de nous ennuyer.

 

L’ennui, n’est qu’une perception que l’on a car nous ne sommes pas habituer à ne rien faire.

 

L’ennui que nous ressentons à ce moment-là est notre incapacité à « être »

En savoir plus sur l’ennui

 

décrocher du mental

 

Nous avons besoin de moment « off » pour :

 

  • revenir au cœur de soi, être avec soi-même
  • Ecouter le calme qui est en nous
  • Ecouter notre corps, ses besoins (de repos, de silence, de calme, de paix)

 

Avec les réseaux sociaux, les smartphones, la télé, la radio, nous sommes en permanence sollicités.

Vous êtes d’accord ?

ET

Certaines personnes ont du mal à s’arrêter, à prendre du temps pour elles. Elles ont toujours une bonne excuse pour ne pas le faire et sont très imaginatives.

Vous vous reconnaissez ?  Oui ?

Alors voici quelques questions pour vous, demandez-vous :

  • Que suis-je en train de penser sur moi si je me repose, si je ne fais rien, si je profite?
  • Quel est mon point de vue sur le fait de me reposer, de me faire plaisir, de passer du temps avec moi?
  • Qu’est-ce que je me raconte?
  • Que suis-je entrain de fuir ? (et n’oubliez jamais une chose « tout ce que vous fuyez, vous poursuit »)
  • Quand vous voyez des personnes qui profitent, que vous dites-vous ?

 

Ok Sylvie c’est bien beau, mais c’est difficile.

OK je suis d’accord.

Mais une chose est certaine!

Tant que vous n’essayerez pas et tant que vous ne vous donnerez pas l’autorisation, rien ne risque de changer. 

DE QUOI AVEZ-VOUS PEUR?

  • le jugement
  • l’ennui
  • perdre votre temps
  • penser
  • découvrir qui vous êtes vraiment, ce qui vous manque, ce à quoi vous aspirez, ce qui ne vous convient plus mais que vous ne voulez pas voir, …

 

Partagez-moi ce qui vous empêche d’appuyer sur le bouton PAUSE

Avez-vous pointé ce qui vous en empêche ? Surtout  soyez honnête  avec vous-même.

OUI ?

Alors, demandez-vous d’où pourrait provenir cette idée (croyance) que vous avez ?

Qui fonctionne comme cela dans votre famille ?

Cette personne a-t-elle raison de fonctionner de la sorte  selon vous et pourquoi?

Qu’a-t-elle voulu protéger en fonctionnant comme cela ?

Ou

A qui ne voulez-vous pas ressembler qui se reposait trop à votre goût ?

Et puis demandez-vous :

Ai-je envie de rendre cela à cette personne ?

 

Visualisez-vous en train de rendre cette pensée, croyance que vous avez bien emballée dans un joli paquet cadeau à cette personne et dites-lui qu’aujourd’hui vous n’en avez plus besoin.

⇒ Ce questionnement vous éclaire peut être sur l’origine de cette façon de fonctionner.

La conscience de vos mécanismes est le 1er pas vers le changement.

Maintenant vous avez le choix de rendre cela à la, les personnes intéressées et d’essayer autre chose pour vous.

N’oubliez jamais cela, vous avez toujours le choix.

Si vous vous dites le contraire, sachez que c’est l’histoire que vous vous racontez qui vous empêche de croire que vous avez le choix (c’est le chat qui se mange la queue 😉  )

Si  cela reste compliqué pour vous, une aide externe peut-être nécessaire.  Un accompagnement psychocorporel peut vous aider.

 

 

Comment apprendre à se poser et à décrocher du mental ?

Voici un petit exercice tout simple et gratuit mais il faut le pratiquer pour en mesurer les bénéfices.

Ce sont les petites choses simples qui répétées de façon régulière vous amèneront le changement et le résultat.

Apprenez à vous poser, seul(e), sans bouquin, sans rien.

Commencez doucement par 5 minutes/jour puis augmentez la fréquence et graduellement augmentez les minutes pour arriver à 3 fois 10 minutes/jour.

Ce n’est pas grand-chose et c’est énorme à la fois pour votre corps, pour la gestion du stress dont dépend votre équilibre.

Exercice

  • Posez-vous dans un fauteuil confortable
  • Mettez-vous à l’aise
  • Faites votre météo intérieure pour amener de l’attention à votre corps

D’abord de façon globale, comment vous sentez-vous ? Nébuleux, nuageux, couvert, ensoleillé, variable, orageux, couvert avec éclaircies, pluvieux,….

Vous pouvez évidemment remplacer ces termes par tendu, triste, joyeux, fatigué, stressé, cool, zen, calme, paisible, oppressé, lourd,…

  • Demandez-vous dans quelle partie du corps cela se marque le plus, quelles zones du corps ?
  • Y-a-t-il des douleurs (légères, plus fortes), picotement, chaleur, douceur ?
  • Regardez dans le vide ou fermer les yeux
  • Ecoutez votre respiration.
  • Laissez votre respiration être sans rien forcer, sans porter de jugement
  • Observez ce qui se passe dans votre corps
  • Sentez les tensions et soyez juste avec elles, n’essayez pas de changer quoi que ce soit
  • A la fin, revenez à vos sensations et refaites une météo intérieure
  • N’ayez pas d’attente, expérimentez et soyez curieux 😉

 

Osez revenir au cœur de vous

décrocher du mental

 

 

 

Cet article vous a plu, merci de le partager

 

Photo cerveau: droit d’auteur:(123rf/ abstract412)