+32 472 23 97 59 coach@sylviefrancois.be

Ce 11 février, j’ai eu le plaisir d’être l’invitée de Thomas de Bergeyck à l’émission « RTL info 12h30 » consacrée aux hobbies

Replay RTL Info 12h30 (sujet vers les 9’40 »)

« Selon une enquête menée par 2ememain, 4 Belges sur 10 abandonnent leur nouveau hobby dans les 12 mois »

La DH commente cette enquête

Tout d’abord, voyons ensemble ce qu’est un hobby ?

Le mot «hobby » vient de l’anglais et signifie « Loisir ».

Le loisir  selon Wikipédia est l’activité que l’on effectue durant le temps libre dont on peut disposer.  Ce temps libre s’oppose au temps prescrit, c’est-à-dire  contraint par les occupations habituelles (emploi, activités domestiques, éducation des enfants, …) ou les servitudes qu’elles imposent (transports par exemple).  Le loisir est un dérivé du mot latin licere (être permis) qui renvoie, au début du XIIème siècle, aux notions positives de « liberté » et « d’oisiveté ».  Puis à partir du XVIII ème siècle, il évolue vers le sens du « divertissement »

Donc, pour bien choisir son hobby, il est important de garder la notion de liberté, de divertissement et plus explicitement de plaisir.  Votre hobby ne doit pas être contraignant.

Les 5 critères importants pour bien choisir votre hobby ?

hobby
  1. Il doit vous animer de l’intérieur, vous apporter de la joie et du plaisir.  Ceci est primordial pour maintenir votre motivation
  2. Il doit titiller votre curiosité.  Vous avez envie d’en savoir plus, de comprendre, d’évoluer
  3. Vous perdez la notion du temps quand vous pratiquez votre hobby.  Le temps passe trop vite
  4. Vous retrouverez une liberté d’esprit, un lâcher-prise du mental, un bien-être corporel s’installe
  5. Vous avez envie de faire votre hobby, vous avez envie d’en parler, de partager ce que vous faites, vous êtes intarissable

Ce à quoi il faut être attentif quand vous avez choisi votre hobby?

Vous devez intégrer cette activité dans votre planning en terme de temps.

Quelle est la plage horaire la plus propice? Cela demandera peut-être certains aménagements dans le cadre familial.

La distance en kilomètres est également à tenir en compte.  Ne vous rendez pas la vie plus compliquée.  Si votre loisir se fait à l’extérieur, tenez compte de la distance pour vous y rendre.

Echangez avec votre famille, expliquez que c’est un moment important pour vous qui vous ressource, vous nourrit. Faites en sorte que ce moment soit accepté et respecté par chacun.

Alors pourquoi 4 belges sur 10 abandonnent leur nouveau hobby dans l’année ?

Il y a une raison majeure à cela:

La confusion entre hobby et nouvelle habitude de vie à inscrire en vue d’obtenir un résultat

hobby

Tout d’abord, le choix de certaines activités que l’on appelle communément hobby n’en sont pas. Ce sont des activités dont le choix est motivé par l’illusion de devenir quelqu’un que vous n’êtes pas. Pour que vous compreniez bien, je vais illustrer mon propos par un exemple :

L’inscription à la salle de sport en est révélatrice ou l’achat de matériel à la télé ou sur internet  pour renforcer les abdos, etc.   Combien de personnes ne paient elles pas un abonnement et ne se rendent à la salle en réalité que le 1er mois ?  Elles sont nombreuses et mon expérience personnelle se calque bien à cette réalité.  Et oui !

Pourquoi ?

En fait, bien souvent la personne a choisi de faire ce sport pour une mauvaise raison et souvent basée sur la culpabilité.  Du style il faut que je fasse du sport pour être en bonne santé ou pour maigrir ou pour que mon corps soit plus musclé…  Et cela bien généralement dans le but d’être ou de devenir quelqu’un d’autre, de mieux, de plus ceci ou cela, l’idéal de soi.  Il y a donc une sorte de rejet de qui on est.

En réalité, la personne n’a pas choisi un hobby dans ce cas précis, car cette activité ne l’amuse pas, ne l’anime pas de l’intérieur. Elle la contraint.  Le fait d’avoir acheté du matériel ou un abonnement la rassure et lui donne l’illusion qu’elle va passer à l’action.  Mais ce n’est pas suffisant pour soutenir la motivation dans la durée.

Pour mieux comprendre, revenons à la notion de temps libre et de temps contraint reprise dans la définition de Wikipédia.  S’il s’avère nécessaire que vous deviez faire du sport pour votre santé, renforcer votre dos, … il vaut mieux l’inscrire dans du « temps contraint », car étant donné que la notion de plaisir est assez faible vous allez avoir du mal à vous y tenir excepté si votre caractère est musclé et que vous avez une volonté de fer.

Une habitude de vie est différente d’un hobby

hobby

Vous ne pratiquez pas un hobby dans ce cas-là, mais vous devrez inscrire une nouvelle habitude dans votre vie et cela ne se fait pas du jour au lendemain.  Vos parents ont  dû vous rappeler plus d’une fois que vous deviez vous laver les dents avant d’aller vous coucher. Il a fallu du temps et de la répétition pour que vous en fassiez une habitude.

Donc une nouvelle habitude de vie se travaille et cela peut se faire avec l’aide d’un coach.

Il sera intéressant de soutenir cette habitude en y recherchant le sens, en identifiant ce que cette habitude vous permettra de faire, de devenir dans un objectif long terme. Qu’est-ce qui sera plus agréable, plus facile, plus confortable,… pour vous? Qu’est-ce que cela va vous permettre? Vous développerez une nouvelle façon de penser qui soutiendra les résultats désirés.  Il sera parfois voir souvent nécessaire de revisiter vos croyances et les cercles vicieux que vous entretenez et qui fait que vous ne maintenez pas votre habitude.

Et si on n’aime rien!

J’ai déjà eu ce retour de plusieurs personnes que j’ai accompagnées. Elles ont l’impression de ne pas avoir de hobby

Prenons l’exemple de la mère nourricière dont je parlais dans l’émission ( replay du RTL Info 12h30 ICI  le sujet débute après 9’40 »)

Elle passe son temps à s’occuper de sa famille, à anticiper les besoins des uns et des autres.  Pour elle, il peut être compliqué de s’autoriser à prendre du temps pour pratiquer un hobby, elle pourrait ressentir de la culpabilité de s’occuper de ses envies ou de consacrer du temps à un loisir.  Son éducation, l’environnement dans lequel elle agrandit et ce qu’elle croit que l’entourage attend d’elle risque d’être un frein pour elle. Cela se travaille en douceur en apprenant à regarder les choses sous un angle différent !

Il se peut même qu’elle croit qu’elle n’aime rien, qu’elle n’a pas de passion.  Certaines personnes également épuisées ou stressées, en burn out peuvent aussi ressentir cela.

Il n’en est rien !  Je suis convaincue que chacun(e) a un hobby qui sommeille en elle/lui et qui ne demande qu’à éclore.  Juste un petit conseil 😉 SOYEZ CURIEUX(SE), ouvrez-vous au monde, osez le regarder avec un regard différent !

hobby

Est-ce grave si on change souvent de hobby ?

En dehors des conséquences que cela peut engendrer sur votre budget, il me semble important d’attirer l’attention sur le risque de dévalorisation de soi.  Si vous êtes dans cette situation, que vous changez de hobby très souvent, il me paraît opportun d’identifier la cause et de voir ce que vous pensez de vous.  Quelle est cette petite phrase qui trotte dans votre tête par rapport à ce sujet ?

Le fait de changer souvent est-ce quelque chose que vous reproduisez dans d’autres secteurs de votre vie ? 

Vos comportements en disent long sur ce que vous croyez de vous !

Ne confondez pas hobby ou habitude!

Vous pensez que vous n’avez pas de hobby ou peut-être pensez-vous que vous n’arriverez jamais à mettre une nouvelle habitude en place dans votre vie.

Pour être accompagné(e) dans la mise en place d’une habitude ou dans l’exploration de ce qui vous anime…